Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK

La culture fritkot

La culture fritkot belge est une pratique sociale basée sur un ensemble de savoir-faire, connaissances, pratiques et traditions liés à la production, au traitement, à la préparation, au service et à la consommation de frites fraîches. L'élément tire son nom du fritkot, premier lieu de fabrication et de diffusion de la frite fraîche belge, qui existe sous diverses formes, tantôt mobile tantôt fixe.
Le fritkot, terme bien connu en région bruxelloise, est décliné sous diverses appellations à travers les communautés locales (friterie, friture, baraque à frites, fritkot, frituur, fritkraam, pommesbude) et il est repris comme spécifiquement belge dans la base de données lexicographiques panfrancophones.
La culture fritkot s'est développée dans le cadre de la vie quotidienne et festive. Elle a largement débordé le cadre du « fritkot » lui-même et du produit, la frite fraîche, pour investir tous les pans de la société belge jusqu'aux sphères culturelles (musique, littérature...). Elle a même influencé les pays limitrophes.

Bruxelles par sa qualité de capitale cristallise cette tendance qui s’inscrit dans l’histoire, à travers sa tradition foraine et à travers d’illustres enseignes à jamais associées à la frite, comme pôle de restauration, d’attraction et de dégustation typiquement locale. Citons, parmi les savoir-faire et connaissances, le choix du tubercule, sa découpe en bâtonnets, le choix de la graisse de cuisson, la technique de la double cuisson enseignée dans les écoles depuis le début du XXe siècle, la présentation en cornet ou barquette et le mode de consommation (avec les doigts).

La culture fritkot touche un public de toutes conditions sociales, de tout choix philosophique ou religieux, de tout âge... Elle se pratique individuellement ou en groupe, au hasard dans le temps ou à jour fixe. Elle constitue une spécificité dans l’universelle pratique de la cuisine de rue que l’on retrouve dans une grande ville comme Bruxelles (les frites d’Eugène par ex. dans La Madeleine de Jacques Brel), mais également ailleurs en Belgique, jusque dans les zones rurales, à chaque fois avec ses spécificités locales.